Please don’t hurt my money

par PETER SAUL

PETER SAUL, Please don’t hurt my money, Huile sur toile, courtesy Kenny Schachter Rove, London.
Peter Saul, peintre américain né en 1934, souvent assimilé au Pop Art, s'en distingue par un langage fait de mauvaises blagues et de références irrévérencieuses. Contre-culture, humour, outrance, et mauvais goût sont les outils de ce « sale gosse de l'Amérique». Il raconte des histoires, sur un mode parfois salace, basées sur des événements historiques, sur l'histoire de l'art, ou bien encore sur la mythologie. Elles lui servent à mettre en avant la perversité, l'avidité, la boulimie, l'arrogance, la paresse, l'agressivité
Ses compositions chaotiques empruntent à la peinture classique certains principes de construction: il dessine sur la toile, réalise les fonds, dispose d'abord les objets secondaires afin, ensuite de dilater le sujet noble. Les couleurs acides, l'annulation de la perspective transforment ces images en vignettes de bande dessinée.
Dans « Please don’t hurt my Money », un joyeux monstre croque un dollar et foule un panneau « Euro » devant un notable terrorisé : la guerre des monnaies comme cauchemar pour les uns, joyeux désordre pour les autres.

Vos commentaires

Vos commentaires

CAPTCHA visuel
2 commentaires
toshibale 19/01/2012

Bientot une expo Saul à Annecy le 14 JUILLET ( Fondation Salomon ) !

dr cowle 12/07/2011

peter saul à son niveau de création et de force la plus incisive